65 % des notaires sont pessimistes concernant l’avenir de leur profession

Accueil/Espace presse/Nos communiqués/65 % des notaires sont pessimistes concernant l’avenir de leur profession

Où en sont les notaires ? Que pensent-ils du devenir de leur profession ? Plus de 250 notaires se confient dans une enquête menée par immonot.com via notariat2000.com, revue et site d’opinions pour la profession notariale. Voici les résultats !

Les notaires croient-ils en l’avenir de leur métier ?
En pleine mutation, le notariat, avec l’ouverture à la concurrence suite à la loi Macron et l’émergence de nouvelles technologies, fait face à de nouveaux défis. À ce jour, on est encore notaire par amour du droit, du conseil et pour assister des personnes dans les étapes les plus intimes d’une vie selon nos répondants.

Pourtant, 65 % sont pessimistes quant à l’avenir de leur profession. Ce qui effraie c’est la fin du monopole, l’irrespect croissant de la déontologie, la concurrence… Même si 64 % sont heureux, plus d’1/3 des notaires ne choisiraient plus ce métier actuellement. Beaucoup déplorent les changements du métier : lourdeurs administratives, le numérique qui appauvrit les relations humaines et la loi de croissance qui perturbe l’unité de la profession.

88 % se disent stressés au quotidien et 50 % n’arrivent pas à concilier vie professionnelle et personnelle. Les notaires, passionnés par leur métier, ont du mal à prendre du recul et les nouvelles technologies accentuent ce phénomène. Ils évoquent également une surcharge de travail qui doit toujours être fait dans l’urgence, le poids des responsabilités et la pression de clients pressés, de plus en plus agressifs.

Si bien que même si l’Inspection générale des Finances estimait à 16 000 euros net par mois les gains moyens des notaires, ils sont 43 % à estimer qu’ils ne sont pas en adéquation avec leur métier (temps consacré, énergie déployée…).

Quant à l’avenir de la profession : 55 % s’attendent à ce que demain le notaire ne soit plus incontournable. Les optimistes anticipent la chute du monopole ou la fin du tarif réglementé. À titre d’exemple, les notaires au Portugal ne bénéficient plus de monopole et après quelques années difficiles, les clients sont revenus vers eux et ils signent aujourd’hui près de 80 % des ventes… Preuve d’un savoir-faire incontournable !

2020-01-22T14:10:12+01:00