Tendance du marché immobilier : très belle reprise dans l’ancien (Immonot)

Accueil/Espace presse/La presse en parle/Tendance du marché immobilier : très belle reprise dans l’ancien (Immonot)

Des logements à Paris

Selon la dernière enquête nationale réalisée début mars 2020, par Immonot.com , auprès d’études notariales réparties sur toute la France, l’ancien est sur une très belle reprise depuis 2 mois, mais avec la propagation du coronavirus, « l’immobilier va décliner au même rythme que l’économie va être freinée. »

En effet, en se basant sur les projections de la start up QuantCube, qui a observé le marché chinois alors que l’économie se trouvait pratiquement à l’arrêt, le marché devrait « retrouver de la vigueur » au mois de mai.

Depuis le début de l’année, les prix ont évolué à la hausse pour 20 % des correspondants et à la baisse pour 8 % d’entre eux, soit globalement une légère amélioration par rapport à leur précédente estimation. En revanche, malgré des conditions de crédit toujours excellentes, les notaires sont un peu moins optimistes pour les deux prochains mois.

La proportion des négociateurs prévoyant une hausse des prix tombe ainsi à 10 % tandis que ceux prévoyant une baisse remonte à 12 %, une grande majorité d’entre eux penchant pour la stabilité.

Il en résulte un solde d’opinions légèrement négatif à – 2 %. Cette nouvelle tendance va donc un peu à l’encontre de l’euphorie rencontrée dans bien des publications où l’on prône « un printemps de l’immobilier exceptionnel » ou « Des prix de l’immobilier de plus en plus fous ».

En dépit d’un marché immobilier jugé florissant par nombre de professionnels, les conseils à moyen terme demeurent majoritairement prudents et orientés vers la vente d’un logement avant le rachat d’un autre alors que l’augmentation des prix devrait conduire au choix inverse.

Mais difficile de se prononcer sur l’évolution du marché dans six mois, si ce n’est pour les secteurs où les prix déjà élevés s’adressent à des personnes fortunées pour lesquelles leur évolution peut apparaître secondaire par rapport à la possession. Au niveau des terrains, les avis demeurent toujours très partagés, l’acquisition d’un terrain à bâtir engageant pour un avenir plus long et d’autant plus incertain.

2020-03-24T09:54:33+01:00